April 24, 2015

Rencontrez Olivier B-L

Il y a une dizaine d’années à la vague d’habitat 67, la majorité des surfeurs apprenaient les bases du surf. Olivier Barrette-Laperrière, lui, était déjà en mesure de faire des snaps et des 360. Olivier B-L, c’est l’un des surfeurs qui nous a le plus inspiré à apprendre à mieux surfer. Il pousse constamment les limites de progression pour les surfeurs qui habitent loin de l’océan. Humble, positif et souriant, c’est un frère et un partenaire d’aventures de voyage hors-pair.

Salut Oli! Merci de nous partager ta nouvelle vidéo. Peux-tu nous donner plus de détails sur ce voyage au Mexique?

Julien “ le capitaine” est parti en voyage qui l’a mené un peu partout et je l’ai rejoint pour la section surf de ce dernier. Nous sommes allés au Mexique faire le ¨road trip ¨que des milliers de surfeurs on fait avant nous. Cette section du Mexique a plein de potentiel de surf et chacun des endroits est difficilement accessible, ça demande une bonne préparation et beaucoup de logistique pour pouvoir profiter de ces vagues.

As-tu d’autres projets de voyage et de vidéos qui s’en viennent?

J’ai toujours des projets de voyage, j’aimerais aller rejoindre Alex à Bali. Cette année étant en congé je planifie mes voyages à la dernière minute. Le mois prochain je vais au probablement en Amérique Centrale profiter du début de la saison des pluies.

 _1820477 copy

Photo: Julien Roussin Côté (go-van.com)

Il n’y a pas de doutes, tu es parmi les meilleurs surfeurs du Québec. Comment as-tu fait pour en connaître autant sur le surf et développer tes “skills”, même en habitant majoritairement à Montréal?

J’ai eu la chance, jeune, de passer mes étés sur le bord de la mer. Ocean Isle Beach est l’endroit où je me suis familiarisé avec la mer, les vagues, petites qu’elles soient, étaient parfaites pour apprendre. Par la suite, j’ai commencé à voyager pour surfer et je me suis pratiqué beaucoup ici, en rivière. J’ai été chanceux de commencer en rivière au bon moment, puisque le temps de surf était plus grand que le temps d’attente ce qui n’est plus le cas. C’est ce qui m’a permis de m’améliorer, mais comme vous le savez bien, la courbe d’apprentissage en surf est infinie donc il y a toujours place à l’amélioration. On se rend compte en voyageant que notre niveau de surf est bien loin derrière les gens qui grandissent sur les côtes.

Est-ce que tu as des pros surfeurs favoris? Si oui, lesquels, et pourquoi?

Je trouve que Dion Agius a su très bien tirer son épingle du jeu en restant d’actualité pendant ces nombreuses années. Sinon, ce qui me motive le plus c’est de voir des gens de chez nous bien surfer et s’améliorer, c’est difficile de s’identifier aux “pros¨ internationaux, car leur niveau de surf est tellement loin du mien. Par contre, j’aime bien regarder des vidéos de surf pour analyser leurs mouvements pour essayer de les imiter.  baja Olibiere oli surf 1 copy

Photo: Julien Roussin Côté (go-van.com)

Si le surf n’existait pas… Tu ferais quoi?

Autre chose, je ne sais pas! Je surf parce que j’aime être actif et je suis tombé dedans très jeune. Au Québec, c’était plutôt rare de commencer jeune, mais de plus en plus de surfeurs québécois ont des enfants et EUX vont être, d’après moi, très bons. Si le surf n’existait pas …qui sais …un autre sport certainement.

Quels seraient tes 3 plus grands conseils pour quelqu’un qui veut se lancer dans le surf, mais qui n’a aucune idée par où commencer?
  • Apprendre à nager.
  • S’assurer de connaître l’étiquette dans l’eau, le surf est un sport avec une panoplie de règles non écrites qui sont toutes aussi importantes les unes que les autres
  • Respecter ses limites en connaissant ses forces et ses faiblesses.
  • Et voyager avec Barefoot!

 

Apprenez à surfer avec nous:
Barefoot Surf Travel

Barefoot-Surf-Travel-roche-videNicaragua | Bali | Ecuador